Bienvenue sur le site de Beauvoisin.

Edito

Maire4

Le Mot du Maire 

Sur le transfert de la compétence « Eau et Assainissement » à l’intercommunalité, je vous avais informé que celui-ci, bien que restant obligatoire, pouvait être reporté au 1er janvier 2026. Il fallait pour cela qu’une « minorité de blocage » de 25% au moins des communes membres de la CCBDP, représentant au moins 20% de la population le demande avant le 1er juillet 2019. C’est aujourd’hui chose faite, la minorité de blocage a fonctionné : la compétence « eau et assainissement » reste, si rien ne change, de la responsabilité des communes composant l’intercommunalité. Pour sa part, le Conseil municipal du mois de février 2019 avait voté, à l’unanimité, le maintien de cette compétence à la commune.

Il s’agit d’une première étape.

Cela dit, la révision de la loi NOTRE répond à une forte attente des Maires. L’Association des Maires de France, l’Association des Maires Ruraux de France, demandent une clarification avant les municipales en remettant de la souplesse et de la liberté dans le fonctionnement des intercommunalités.

Ce qui est demandé, c’est de régler définitivement la question de l’organisation des compétences « eau » et « assainissement », dans les communautés de communes, en supprimant le transfert obligatoire.

Les maires se sont toujours opposés à ce dispositif, et la loi d’août 2018, qui était censée mettre en œuvre les engagements du Président de la République devant le 100è congrès de l’AMF, n’a pas apporté la souplesse attendue. Les maires considèrent, en effet, que les communes, sont les mieux placées pour apprécier l’échelle pertinente de la mutualisation des services et organiser efficacement l’exercice de ces compétences en fonction notamment des caractéristiques de la ressource, de la répartition de la population, des contraintes financières….

Cette problèmatique du transfert de la compétence « eau & assainissement » débouche sur d’autres questions, comme par exemple :

Comment préserver la commune qui est l’incarnation de la démocratie et rationaliser les forces et les moyens ?

Comment restituer le rôle irremplaçable de la commune, du maire, des élus et des équipes municipales dans la République décentralisée ?

Les maires demandent la mise en place d’un statut de l’élu local attractif et soutiennent la proposition de loi créant un statut de l’élu communal et certaines dispositions du rapport du Groupe de travail sénatorial sur les conditions d’exercice des mandats locaux.

Je pense que ces éléments seront au coeur des enjeux futurs, notamment à l’occasion des élections municipales de mars 2020.

Sur l’aspect des dossiers communaux, 2 dossiers principaux constituent l’actualité :

  1. Guinguette : la demande de permis de construire est en cours d’instruction à la DDT. Notre architecte travaille sur le dossier appel d’offre qui sera présenté à la commission « Guinguette » au mois de septembre, puis au Conseil municipal. L’objectif étant de réaliser les ouvertures de plis des offres reçues des entreprises fin octobre pour début des travaux en novembre.

  2. Enfouissement lignes électriques et téléphoniques au hameau « les Jonchiers ». Le Conseil municipal du mois de juin a approuvé à l’unanimité :

  • l’engagement de l’opération électrification – esthétique des réseaux dont le plan de financement s’établit comme suit :

  1. Coût des travaux HT 148 817,96 €

  2. Financement mobilisé par Energie SDED 119 054,37 €

  3. Participation de la commune 29 763,59 €

  • Electrification – Génie Civil et Câblage des réseaux de Télécommunication dont le plan de financement s’établit comme suit :

  1. Coût des travaux HT 40 589,37 €

  2. Financement mobilisé par Energie SDED 20 294,69 €

  3. Participation de la commune 20 294,69 €

L’inauguration des travaux « assainissement collectif » aura lieu le samedi 28 septembre 2019 à partir de 10h30.

Bonne période estivale à toutes et tous, période active pour les uns-es, de vacances pour les autres.

LE BILAN DU MANDAT

Depuis mars 2014, j’exerce les responsabilités de maire à BEAUVOISIN. Ce mandat arrive à échéance en mars 2020, date à laquelle auront lieu les élections municipales. Comme vous le savez, il s’agit pour moi d’une première expérience. Je vais la conduire jusqu’à son terme, animé de la volonté d’honorer mon mandat. A ce stade, je suis satisfait de tout ce qui a été initié, réalisé, mis en œuvre collectivement par l’équipe municipale.

Si le rôle du maire est le plus nécessaire à la République, il est aussi le plus difficile. Le plus nécessaire par ce que c’est lui qui tisse les relations entre tous les éléments de la société. Le plus difficile, car il incarne la proximité dans un monde de plus en plus numérisé, éloigné, inhumain.

« ….. Le maire incarne plus que la proximité, il incarne l’humanité et la générosité dans un monde ou l’on compte tout ce que l’on fait. Un maire, lui, ne compte pas son temps et son engagement…… » écrit Erik Orsenna, écrivain, membre de l’Académie française qui s’est engagé auprès de l’Association des Maires de France pour être « ambassadeur » des maires dans le cadre de la campagne lancée par l’AMF sur « le rôle irremplaçable » du maire et de la commune.

J’ai appris, durant toutes ces années, à ne pas compter ni mon temps ni mon engagement.

Au 1er janvier 2017, j’ai participé à la mise en place de la Communauté de Communes des Baronnies en Drôme Provençale, j’en ai été élu membre du Bureau.

Tenant compte de toutes les nouvelles contraintes financières, administratives, de toutes les évolutions informatiques (échanges informatisés, protection des données, budget, listes électorales….) nous avons tenu à respecter le programme annoncé :

L’assainissement collectif – La mise en place d’une communication assidue – La promotion des espaces communaux (la salle des fêtes devenue « Espace Suzanne & Louis Borel », la guinguette) – Le développement des activités culturelles – L’extension/Rénovation de la « Guinguette ».

Nous avons en plus concrétisé l’adressage postal – le projet d’esthétique avec l’enfouissement des réseaux électriques, téléphoniques et réseaux fibres au hameau « Les Jonchiers » dont les travaux devraient débuter après les vacances d’été.

Le projet « phare » de la mandature a été incontestablement, les travaux de mise en place du réseau collectif de tout à l’égout et des stations d’épuration : 3 hameaux, 3 réseaux de collectes et de transports, 3 stations écologiques d’épuration.

Ce projet a été conduit et réalisé de manière collective avec la participation active de la Commission « Assainissement », du Conseil municipal, du Cabinet CEREG (Maître d’œuvre), des entreprises.

Aujourd’hui, le village dispose d’un réseau moderne d’assainissement. Il constitue un progrès certain sur le plan sanitaire et environnemental.

Nous pouvons nous en féliciter.

Cette réalisation a permis la création d’un service public, municipal supplémentaire : celui de la facturation « redevance assainissement » à laquelle s’ajoute l’augmentation du temps de travail de 16 heures mensuelles pour l’employé communal.

 

 

 

Les activités culturelles ont été riches elles aussi, faites de rencontres, d’échanges, de partage avec l’autre, les autres, d’éveil à la sensibilité esthétique et artistique……. Expositions de peinture, de photos, concerts, théâtre, conférences… se sont succédés donnant à Beauvoisin, une image dynamique reconnue dans les environs.

L‘effort de communication s’est traduit par la parution trimestrielle du bulletin de la commune et la création du site internet municipal. Ce dernier enregistre 47 500 visites depuis décembre 2014.

Le dernier engagement, en cours de réalisation, est le projet de rénovation/extension de la guinguette.

Comme pour l’assainissement, il est le résultat d’un travail d’équipe, avec la participation de la commission « Guinguette », des Associations, de l’architecte, du Conseil municipal. Avec le bénéfice des financements accordés, la commune va disposer d’un espace sécurisé, confortable, intégré dans son environnement naturel, adapté aux habitants-es, aux associations. La commune va bénéficier d’un lieu d’activités polyvalentes, un lieu d’accueil et d’expressions culturelles multiples.

Nos engagements ont donc été tenus et même plus.

Tout cela a été exécuté grâce à une gestion adéquate et sans dérive, sans prise de risque. Lors du Conseil municipal de mars 2019, Madame l’inspectrice des Finances publiques avait souligné l’excellente santé financière de la commune qui avait su gérer tous ces travaux, toutes ces réalisations..

Pour moi ce mandat qui s’achève dans quelques mois est positif, même s’il est accompagné de quelques regrets. Regret de n’avoir pu empêcher la démission de 2 élus qui ont fait le choix de partir en 2017. Je regrette aussi l’absence permanente d’un élu qui s’était engagé dans l’équipe municipale en 2014.

Dans un contexte difficile, ou les responsabilités du maire sont énormes, le soutien d’une équipe municipale est nécessaire, au risque de perdre le sens du projet par manque de moyens pour le soutenir.

Une dynamique est engagée. Son prolongement, son amplitude peuvent se concrétiser sur plusieurs domaines, selon des priorités qui demeurent à définir. L’aboutissement de ces objectifs, la définition de ces priorités sont possibles avec l’implication des habitants qui, sollicités, deviennent les vrais acteurs de la vie du village.

Avec l’implication, si modeste soit elle, du plus grand nombre, nous pouvons aboutir à de belles réalisations.